Dialogue politique au Gabon: le comité rend son plan

Au Gabon, le comité ad hoc mis en place par le pouvoir pour préparer le dialogue politique inclusif a terminé ses travaux mardi 28 février, à Libreville. Les commissaires de l’opposition et de la majorité ont élaboré un règlement intérieur du dialogue, mais surtout un rapport qui sera remis ce jeudi au président Ali Bongo. C’est à l’issue de cette étape que la date du dialogue sera fixée.

Après deux semaines de travail, les membres de la commission ont élaboré un rapport de 28 pages qui résume les principales réformes attendues : « La révision de la Constitution, la durée des mandats politiques tels que le mandat présidentiel, le mandat des députés, les questions ayant trait au redécoupage des circonscriptions électorales, à la révision du code électoral », décline Ali Akbar Onanga Y’Obegue, le rapporteur.

Le dialogue se déroulera en deux phases. La première durera sept jours et concernera la société civile, les femmes et les jeunes. La deuxième phase impliquera 75 délégués de la majorité et 75 autres de l’opposition. Jean Ping, chef de l’opposition gabonaise, a déjà dit non. Mais l’opposant, Pierre-Claver Maganga Moussavou, préfère positiver : « Le fait qu’ils ne viennent pas dialoguer, ça peut être aussi un moyen de pression pour qu’on aille plus loin. »

Démocratie nouvelle, le parti de René Ndemezo’o Obiang, ex-directeur de campagne de Jean Ping, continue à exiger des mesures fortes avant sa participation au dialogue. « Nous demandons la libération des prisonniers politiques, explique son porte-parole, Jonathan Ntoutoume. Le pouvoir a fait un effort d’en libérer 800. »

Les actes du dialogue seront transformés en loi de la République, insistent les organisateurs.

Source: RFI

Please follow and like us:
error

Pin It on Pinterest