Coupe des Confédérations: le réalisme allemand triomphe du Chili en finale

L’Allemagne a ajouté un titre à son palmarès ce dimanche 2 juillet en s’imposant 1 à 0 face au Chili en finale de la Coupe des Confédérations à Saint-Pétersbourg en Russie. Malgré un grand nombre d’occasions assez franches, les Chiliens n’ont jamais réussi à contrer le réalisme d’une équipe allemande largement rajeunie pour participer à cette compétition préparatoire à la Coupe du monde 2018.

Les Chiliens s’étaient déjà fait une belle frayeur en demi-finale face au Portugal en étant à deux doigts de perdre un match qu’ils méritaient pourtant de gagner. L’histoire s’est répétée en finale face à l’Allemagne mais cette fois-ci, l’issue fut bien différente et la « Roja » s’est heurtée au réalisme froid des joueurs de la « Mannschaft ».

Le Chili a pourtant entamé la partie sur un rythme effréné, étouffant complètement les Allemands grâce à un pressing agressif. Les Chiliens auraient même pu – ou plutôt dû – ouvrir le score sur plusieurs grosses occasions d’Arturo Vidal ou d’Alexis Sanchez. Face à une équipe d’Allemagne rajeunie et un peu fébrile en début de match, le Chili s’est pourtant fait punir à la 20e minute sur un but de Lars Stindl, son troisième dans la compétition, consécutif à une grosse erreur du défenseur Marcelo Diaz.

Inefficacité chilienne

Après cette ouverture du score contre le cours du jeu, les hommes Juan Antonio Pizzi n’ont jamais vraiment réussi à renverser la vapeur. Et même si la défense allemande a souvent été sur le point de plier dans les quinze dernières minutes du match, les Chiliens se sont montrés bien trop maladroits devant le but.

Malgré la jeunesse de son effectif, on serait presque tenté de dire que la « Mannschaft » a terminé la partie à l’expérience, en jouant en contre sans s’affoler, pour tout de même s’offrir trois ou quatre des occasions les plus nettes de la rencontre.

Une première pour l’Allemagne

Après trois participations, l’Allemagne remporte ainsi la première Coupe des Confédérations de son histoire. Une compétition qui aura permis de révéler au monde des talents comme Timo Werner, Leon Goretza ou encore Joshua Kimmich, tous les trois âgés de seulement 22 ans et pourtant grands artisans de cette victoire en Coupe des Confédérations.

Joachim Löw a décidé de se rendre en Russie sans ses stars préférant laisser Manuel Neuer, Jérôme Boateng, Matt Hummels, Toni Kroos ou encore Thomas Müller au repos. Cette compétition confirme en tout cas que la « Mannschaft » a encore de beaux jours devant elle et qu’il faudra compter sur les Allemand pour se succéder à eux même au palmarès de la prochaine Coupe du monde 2018.

Source: RFI

Pin It on Pinterest