Côte d’Ivoire: Bédié invité à « ne pas rompre le dialogue» avec Ouattara

Le Réseau Ouest africain pour l’édification de la paix ( WANEP-Côte d’Ivoire), une organisation de la société civile, a recommandé dans une déclaration transmise jeudi à APA, à Henri Konan Bédié, le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire ( PDCI, ex-allié au pouvoir) de « ne pas rompre le dialogue» avec le président ivoirien Alassane Ouattara, son ancien allié politique.

« Le WANEP recommande au président Bédié de ne pas rompre le dialogue avec son allié d’hier et de bien vouloir utiliser les canaux plus diplomatiques si des informations sensibles nécessitent une réaction de sa part. De ne pas oublier que son statut d’ancien président de la République l’oblige à une certaine réserve dans ses déclarations publiques », a indiqué le WANEP dans cette déclaration.

La réaction de cette organisation intervient quelques jours après une déclaration de M. Bédié sur l’orpaillage clandestin, les conflits inter-communautaires et la fraude sur l’identité dans le pays. Une déclaration qui a suscité la polémique en Côte d’Ivoire.

« Très prochainement, je parlerai des faits troublants. D’abord les conflits inter-communautaires, ensuite de ce que recouvre le phénomène de l’orpaillage clandestin en Côte d’Ivoire… On fait venir des étrangers armés qui sont stationnés maintenant dans beaucoup de villages… Il faut que nous réagissions pour que les ivoiriens ne soient pas étrangers chez eux. Car, actuellement, on fait en sorte que l’Ivoirien soit étranger chez lui. Mais, les ivoiriens n’accepteront jamais cela… », avait, entre autres, soutenu M. Bédié le 05 juin dernier à Daoukro ( Centre-est) alors qu’il recevait une délégation de son parti.

Le gouvernement ivoirien et le Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix ( Parti présidentiel) ont condamné successivement ces propos de M. Bédié estimant que c’est « un appel à la haine de l’étranger ». Quant à son parti, le PDCI, il s’est offusqué du « faux procès » fait à son président.

Selon Jean-Louis Billon, le secrétaire exécutif en charge de la communication du Pdci, M. Bédié n’est pas « xénophobe et raciste » car ces propos ont été « sortis de leur contexte pour en faire une exploitation tendancieuse à l’effet de ternir son image et de porter atteinte à son honorabilité ».

S’inquiétant de la dégradation du climat politique dans le pays à l’approche de la présidentielle ivoirienne de 2020, le WANEP a également formulé des recommandations au gouvernement ivoirien, aux partis politiques et leaders d’opinion ainsi qu’aux organisations de la société civile.

« Au gouvernement, le WANEP demande d’engager un dialogue franc et constructif avec les différents acteurs politiques, de faire une étude approfondie sur le phénomène de l’orpaillage clandestin et lui trouver une solution durable…», a entre autres, recommandé l’institution à l’exécutif ivoirien conseillant à la classe politique et aux leaders d’opinion « d’éviter de livrer des discours à relents identitaires dans les débats politiques ou non».

Source: APA

Please follow and like us:
error

Pin It on Pinterest