Corée du Nord: les Etats-Unis et le Japon jugent la menace “sérieuse et grandissante”

Le succès du nouvel essai de tir de missile intercontinental par la Corée du Nord alimente l’escalade des tensions diplomatiques en cours avec les États-Unis.

La tension monte encore d’un cran. Les Etats-Unis et le Japon se sont inquiétés dimanche de la menace “sérieuse et grandissante” que représente la Corée du Nord, qui a tiré vendredi un missile intercontinental et affirme pouvoir atteindre désormais le territoire américain.

Lors d’un entretien téléphonique, le président américain Donald Trump et le Premier ministre japonais Shinzo Abe se sont accordés sur le fait que “la Corée du Nord représente une menace directe sérieuse et grandissante pour les Etats-Unis, le Japon, la Corée du Sud et d’autres pays proches et lointains”, selon un communiqué de la Maison Blanche.

Les deux dirigeants se sont engagés à “accroître la pression économique et diplomatique” sur Pyongyang et à “convaincre d’autres pays d’en faire de même”, selon le communiqué.

Donald Trump avait prévenu samedi qu’il ne permettrait plus à la Chine, qu’il presse de contenir les ambitions de son voisin récalcitrant , de “ne rien faire”. “Je suis très déçu par la Chine (…) ils ne font RIEN pour nous avec la Corée du Nord, hormis parler”, a-t-il écrit. La Corée du Nord, elle, a surenchéri dimanche en assurant qu’elle riposterait en cas de provocations militaires de Washington.

Bras de fer

Le test du missile intercontinental “est cette fois-ci destiné à envoyer un sévère avertissement aux États-Unis, qui multiplient les remarques insensées, agitent frénétiquement des sanctions et une campagne visant à faire pression” sur Pyongyang, a déclaré le ministère des Affaires étrangères nord-coréen.

Pour autant, l’ambassadrice des Etats-Unis à l’ONU, Nikki Haley, a jugé qu’il serait “inutile” de réunir en urgence le Conseil de sécurité de l’ONU dans ce dossier, étant donné que Pyongyang ne cesse de violer les résolutions de l’ONU.

“A portée de tir”

Le leader communiste nord-coréen Kim Jong-Un s’est félicité que l’ensemble du territoire des Etats-Unis est “à portée de tir (…) n’importe où, n’importe quand”. Les experts estiment que le Nord est maintenant capable d’atteindre la côte est américaine.

L’ambition nord-coréenne de se munir de la puissance nucléaire pose un épineux problème à Donald Trump, qui est en désaccord avec Pékin sur la manière de gérer le régime de Pyongyang. Pékin privilégie le dialogue pour faire avancer les positions.

La Chine, principale alliée de la Corée du Nord, a certes condamné le tir en soulignant que celui-ci viole les résolutions onusiennes, mais le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson a estimé qu'”en tant que soutiens économiques du programme nucléaire balistique” de Pyongyang, Pékin, et également Moscou, portaient une “responsabilité spéciale” dans l’aggravation de cette menace.

Démonstration de force

En réaction, les Etats-Unis et la Corée du Sud ont mené un exercice militaire en utilisant des missiles tactiques (ATACMS) sol-sol américain et des missiles balistiques sud-coréens Hyunmoo II. Des bombardiers américains B-1B ont également participé aux opérations aux côtés de chasseurs sud-coréens et japonais.

Les Etats-Unis ont lancé dimanche, d’un avion cargo C17 au-dessus du pacifique, un missile qui a été intercepté par le système Thaad (Terminal High Altitude Area Defense) basé en Alaska, a précisé l’agence en charge de la lutte anti-missiles (MDA).

De son côté, la Corée du Sud a annoncé, après le tir nord-coréen, qu’elle allait accélérer le déploiement du Thaad sur son territoire, s’attirant une sévère mise en garde de Pyongyang ainsi que de Pékin, qui y est farouchement opposé.

Source: AFP

Pin It on Pinterest