CIV : Vol direct Abidjan – USA, le gouvernement plaide pour la certification de l’aéroport

Il n’y a pour l’instant pas de vol direct entre la Côte d’Ivoire et les États-Unis. Les autorités ivoiriennes s’activent donc pour une certification de l’aéroport FHB dans ce sens. Un lobbying a été fait par des officiels Ivoiriens auprès d’une délégation américaine séjournant en Côte d’Ivoire.

Un vol direct Abidjan – USA, c’est possible

Les voyageurs en provenance d’Abidjan pour les États-Unis via Air France sont obligés de faire une escale à Paris. Ce détour est d’autant plus préjudiciable qu’il s’avère impérieux d’établir un vol direct Abidjan – USA. Aussi, Amadou Koné, ministre ivoirien du Transport a fait ce plaidoyer à Audrey Edmonson, représentante du maire de Miami : « Sur le secteur aérien, nous sommes très intéressés pour qu´il y ait un vol direct entre Abidjan et les USA. Cela pourrait davantage nous rapprocher. »

Cette démarche fait suite à une démarche longtemps menée par les autorités ivoiriennes. En effet, l’aéroport Félix Houphouët-Boigny court depuis belle lurette derrière une certification américaine. Cela permettrait d’établir une liaison directe entre les deux États. Mais Abidjan se devait d’offrir des conditions de sécurité infaillible. De sorte qu’Abidjan ne soit pas le point de départ de terroristes pour rentrer sur le sol américain. Et depuis, le dossier est à l’étude pour voir si la Côte d’Ivoire remplit cette condition préalable.

Toutefois, Mme Audrey Edmonson, conduisant la délégation américaine, a rassuré ses interlocuteurs ivoiriens : « Nous voulons consolider les relations entre la Côte d’Ivoire et les USA à travers le jumelage de nos ports. Nous voulons vraiment travailler avec la Côte d´Ivoire pour accroître le tourisme et le transport des biens et des personnes, les échanges commerciaux. »

Notons que la délégation américaine était à Abidjan pour le jumelage entre le port de San-Pedro et celui de Miami. Juan Kyrula, Directeur général du port de Miami, mettait un point d’honneur à avoir pour partenaire le premier port mondial de transport de cacao.

Si ce jumelage est possible pour les ports, pourquoi pas pour les aéroports ?

Source: Afrique sur 7

Pin It on Pinterest