Bigorexie, slasheur, adulescence… voici les nouveaux mots qui font leur entrée dans le Larousse

Divulgâcher, survivalisme, ubériser… En tout, ce sont 150 mots qui intégreront la prochaine version du dictionnaire, qui sortira le 21 mai prochain.
Tous les ans, les équipes en charge de l’élaboration du Larousse repèrent de nouveaux mots ou expressions couramment utilisés par les Français. Dès le 21 mai, 150 d’entre eux feront leur apparition dans l’édition 2020 du dictionnaire, aux côtés des 60 000 déjà répertoriés dans ses pages. Ces 150 nouveaux mots sont les vainqueurs d’un véritable « parcours du combattant » parmi plusieurs milliers de mots repérés par les lexicographes du Larousse dans la presse, les publicités et les conversations.

Parmi eux, beaucoup reflètent l’évolution de nos modes de vie ainsi que la place de plus en plus importante qu’occupent dans notre société l’écologie ou les nouvelles technologies.

Penser, vivre et consommer autrement
Dans ce lot de nouveau mots, on retrouve par exemple le « survivalisme » (le mode de vie adopté par les personnes se préparant à une catastrophe naturelle), le « locavorisme » (la consommation de fruits et légumes de saison pour favoriser le développement durable), « l’antispécisme » (la vision qui réfute toute hiérarchie entre les différentes espèces animales), la « bigorexie » (l’addiction au sport) ou encore la « dédiésélisation » (la réduction du nombre de véhicules fonctionnant au diesel).

La « charge mentale », qui correspond au poids psychologique pesant principalement sur les femmes concernant les tâches ménagères et l’éducation des enfants, fait également son entrée dans cette nouvelle édition du Larousse. Dans la lignée des récents débats sur la place des femmes dans la société et dans la langue, le terme « inclusif » fait aussi son entrée.

La transformation du monde du travail
Le verbe « ubériser », qui se rapporte à l’utilisation de plateformes numériques pour remplacer de nombreux services, intègre également l’édition 2020 du dictionnaire.

De même que le « slasheur », cette personne qui exerce plusieurs emplois en même temps, le « bore-out », qui caractérise l’ennui profond éprouvé par certains salariés au travail, et la « smicardisation », qui correspond à l’augmentation du nombre de travailleurs payés au smic.

Les préoccupations contemporaines
Plusieurs dangers contemporains ont également été sélectionnés par les experts du Larousse. Parmi eux, on retrouve le « darknet » (partie du web inaccessible via les moteurs de recherches classiques), le « cyberdjihadisme » (l’usage d’internet pour la promotion ou l’application du djihad) ou encore la « fachosphère » (ensemble des groupements politiques fascistes et d’extrême droite).

Pour Bernard Cerquiglini, éminent linguiste et membre de la commission qui choisit ces mots, on note ces dernières années une inquiétude perceptible: « malbouffe », « obsolescence programmée », « biopiraterie »… « Le dictionnaire se fait le greffier de cette inquiétude face à l’évolution de la société », relève-t-il. Même si, note-t-il avec optimisme, apparaît aussi une forme de « réappropriation civique de la société »: « écoquartier », « vélo-route », « covoiturage »…

Car 2020 est aussi l’occasion pour Larousse de dresser un constat: celui de l’évolution de la langue dans les 20 premières années de ce siècle.

Nouvelles façons de travailler, de se déplacer, d’être parent, de s’amuser… Désormais, il sera également correct d’utiliser le verbe « divulgâcher » pour parler du fait de « spoiler » un film ou une série à quelqu’un ne l’ayant pas encore visionné. La « cryptomonnaie », « l’apatridie », le « bioplastique, « l’adulescence » et le « hackathon » seront aussi valides.

« Plus qu’un daguerréotype au temps de Pierre Larousse, plus qu’un film, le dictionnaire devient aujourd’hui un sismographe », de la société, illustre Bernard Cerquiglini. Pour découvrir les nouveaux « séismes » de la langue française, rendez-vous le 21 mai.

Source: BFMTV

Please follow and like us:
error

Pin It on Pinterest