Arrestation d’Assange: WikiLeaks dénonce «une journée sombre pour le journalisme»

Cela fait presque 7 ans que Julian Assange s’était réfugié à l’ambassade d’Équateur à Londres, bénéficiant de l’asile diplomatique de ce pays latino-américain. Jeudi 11 avril, le fondateur du site lanceur d’alerte WikiLeaks a été arrêté par la police britannique à l’intérieur de l’ambassade équatorienne et présenté devant un tribunal, il est reconnu coupable d’avoir violé les conditions de sa liberté provisoire. Il risque à présent d’être extradé aux Etats-Unis. Une extradition contestée par son avocate qui a promis de la combattre.

Au milieu d’une petite foule venue devant le tribunal apporter haut et fort son soutien à Julian Assange, l’une de ses avocates, accompagnée du rédacteur en chef de WikiLeaks, a tenu à dénoncer devant les médias l’arrestation du lanceur d’alerte australien, rapporte notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix.

« Cela crée un dangereux précédent pour tous les médias : cela signifie que n’importe quel journaliste peut être extradé et être poursuivi aux États-Unis pour avoir publié des informations véridiques sur les États-Unis », a dit Jennifer Robinson.

« Une sombre journée pour le journalisme »

Alors que la question de la demande d’extradition américaine doit être abordée par le tribunal de Westminster le 2 mai, l’avocate a d’ores et déjà confirmé que Julian Assange allait s’y opposer. Pour sa part, visiblement ému, Kristinn Hrafnsson, le rédacteur en chef de WikiLeaks co-fondée par Julian Assange a adressé un message sans équivoque aux autorités britanniques.

« C’est une journée sombre pour le journalisme. On évoque une conspiration, mais c’est une conspiration pour commettre du journalisme ! Il faut que cela s’arrête et nous demandons à tout le monde de soutenir Julian Assange dans son combat contre cette extradition », a-t-il affirmé.

Le lanceur d’alerte américain Edward Snowden, qui vit en exil en Russie après ses révélations sur l’agence de surveillance américaine NSA, a aussi regretté un « jour sombre pour la liberté de la presse ».

Pour l’Australie, Assange sera traité de manière équitable

L’organisation Amnesty International a demandé aux autorités britanniques de s’opposer à cette demande d’extradition. Ce qui paraît peu probable, en tout cas, d’après les premières réactions officielles, notamment celle de Theresa May. « Personne n’est au-dessus des lois », a déclaré la Première ministre. Il fait peu de doutes que Londres embarrassé par le cas Assange depuis bientôt 10 ans, cherchera à accéder le plus rapidement possible à la requête d’extradition américaine. Le leader travailliste Jeremy Corbyn a, en revanche, appelé le gouvernement britannique à s’opposer à cette même demande.

« Le gouvernement britannique devrait s’opposer à l’extradition de Julian Assange aux États-Unis pour avoir révélé des preuves d’atrocités en Irak et en Afghanistan », a écrit Jeremy Corbyn sur son compte Twitter.

« On a vraiment l’impression d’une chasse à l’homme », estime Patrick Baudouin, avocat et président d’honneur de la Fidh (Fédération internationale des ligues des droits de l’homme).

 »J’ai quand même un relent d’optimisme car tout cela va être confié à la justice britannique. »Patrick Baudouin, avocat et président d’honneur de la Fidh.

Autre réaction, celle du président américain qui avait déclaré en 2016, lors de la campagne présidentielle, « I love WikiLeaks » (J’adore WikiLeaks). Le site internet avait alors publié des courriels privés de sa rivale, la candidate démocrate Hillary Clinton. Ce jeudi, le président américain a refusé de commenter l’arrestation du fondateur du site internet. « Je ne connais rien à WikiLeaks, ce n’est pas mon truc », a-t-il déclaré devant la presse.

Pays d’origine de Julian Assange, l’Australie se dit « convaincue » qu’Assange, de nationalité australienne, sera traité de manière équitable au Royaume-Uni et va demander un accès consulaire au détenu.

Moscou estime que « la main de la démocratie étrangle la liberté » et espère que ses droits seront respectés.

Source: RFI

Please follow and like us:
error

Pin It on Pinterest