4 gestes pour apprendre à gérer son stress

FAIRE SEMBLANT D’ÊTRE EN PLEINE CONFIANCE

C’est scientifiquement prouvé, avoir l’air déstressé aide à faire baisser notre taux de cortisol, l’hormone du stress. La chercheuse en psychologie Amy Cuddy de l’université d’Harvard a d’ailleurs démontré que rester dans une position qui nous donne l’impression d’être serein et d’avoir du pouvoir suffit à tromper notre cerveau. Grâce à des prélèvements de salive, la chercheuse a pu constater qu’au bout de 2 minutes dans cette posture, le taux de cortisol de ses patients avait diminué de 20% alors que celui de testostérone, qui favorise la prise de risque et une bonne image de soi, avait grimpé. Alors, on se redresse, on ouvre le plexus solaire, on sort son cou de ses épaules, on sourit et surtout on se sent bien.

SE LAVER LES MAINS

C’est un des plus vieux antistress du monde mais il fonctionne bien. D’après une étude publiée par des scientifiques de l’université du Michigan dans la revue Science en 2010, se laver les mains permet de mettre nos idées au clair, faciliter nos décisions et de mieux assumer nos choix. Le sujet passionne les chercheurs qui veulent désormais savoir quelle est la méthode la plus efficace (durée, savon, façon de se frotter les mains, etc…). On va déjà commencer par 5 minutes avec le savon du bureau en attendant de nouveaux résultats.

RESPIRER DANS LE BON TEMPO

On l’entend partout, le meilleur remède contre l’angoisse c’est une bonne respiration. Qu’est ce que ça signifie concrètement? Ça veut dire une respiration qui vient du ventre (le thorax ne doit pas se gonfler), où l’expiration est plus longue que l’inspiration et ou l’on marque une pause de 3 secondes après chaque expire. Cela stimule le système nerveux parasympathique et l’aide à s’apaiser. Et si en prime on peut faire le vide dans son esprit, c’est encore mieux.

S’ASSEOIR DANS UN PARC

On profite des (rares) jours où il ne pleut pas pour aller se poser dans le parc à côté de notre bureau. Des chercheurs japonais ont mesuré les taux de cortisol chez de jeunes hommes avant et après une pause de 15 minutes sur un banc dans un espace vert. Verdict : l’hormone du stress chute dès que l’on se retrouve entouré d’arbres, de plantes et de fleurs.

Source: Mariefrance.

Pin It on Pinterest